Comment prendre l’INITIATIVE face à 2 AGRESSEURS ? [Penchak Silat – Self défense]

formation en ligne self-défense

Dans cette vidéo, extraite de la formation en ligne de self défense « Études Martiales : Défenses contre plusieurs agresseurs », découvrez comment prendre l’initiative face à deux agresseurs (exercice issu du Penchak Silat).

Comprendre les principes

Exercice issu du Penchak Silat, art martial self défense des commandos indonésiens.

« Alors on ne bouge pas – vous avez la coquille ? – ceux qui n’ont pas la coquille, vous le répéter au partenaire pour ne pas qu’il y ai de blessures. »

C’est un exemple. Durant cet exercice, il faut bien comprendre que c’est très codifié : j’ai ajusté mes partenaires à certaine distance, donc c’est quelque chose qui n’est pas très réaliste à la base, c’est juste pour comprendre les principes, d’accord ?

Imaginons. Vous vous retrouvez « face » à deux agresseurs. Or, il faut savoir qu’avec l’adrénaline, le stress, etc… il est fort possible que vous ne soyez pas en garde.  Ce qu’il ne faut pas faire, cependant, c’est « hey mec calme toi » : ne touchez pas votre adversaire ou la situation risque de vite dégénérer ! N’oubliez pas ce genre de petit détail qui peut faire la différence ! Ou bien, touchez-le mais en le frappant…

Donc ce que vous allez faire c’est cela : regardez devant vous, sans bouger, et vous allez faire 2 frappes en simultané avec vos mains, une aux parties génitales, l’autre au cou. « 1, 2… » N’oubliez pas que l’objectif c’est d’aller chercher les parties génitales, donc mains ouvertes, dessous.

« Et si tu le loupes ? Tu te démerdes » Soyons réalistes, il y a de fortes probabilités pour que vous n’atteigniez pas votre cible du premier coup. Vous savez, les caméléons ont un œil qui bouge et l’autre qui va complètement dans l’autre sens. Et bien, nous ne sommes pas des caméléons, nous n’avons donc pas le temps de viser !
Le plus important, c’est de mettre en place votre vision périphérique. Retenez que si vous regardez droit devant vous, vous ne verrez pas vos cibles correctement. Ce qu’il faut faire, c’est d’abaisser un peu votre tête, de façon à pouvoir voir efficacement vos cibles du bas et du haut. C’est en mode « bigleux », vous savez quand vous vous ennuyez et que vous êtes là, la tête affaissée, mais vous voyez quand même, sans être en mode zoom, vous voyez ce que je veux dire ?

En mode fouetté

Vos mains sont « relâchées ». Vous visez une zone. Et ensuite en mode Penchak, c’est-à-dire que vous allez casser votre poignet : on n’est pas en mode dur, ne raidissez pas votre main.

« Mettez les mains comme ça s’il vous plaît les mecs » Ensuite, avec la tranche de vos mains, vous allez faire en mode fouetté.

Bien sûr que vous allez vous louper ! Vous pouvez taper la cuisse de l’un et la gorge de l’autre, ou peut être bien que vous aurez les parties génitales de l’un et vous louperez la gorge de l’autre, ce n’est pas une science exacte ! Tout en sachant que normalement, si vous parvenez à taper aux génitales, votre adversaire va s’abaisser donc vous n’aurez plus qu’à remonter, en lançant des « coups de fouet » avec vos mains au niveau de la gorge de vos agresseurs. Comprenez bien que quand on agit, nous n’avons pas toujours le temps de faire des beaux coups de poings, des beaux coups de pieds, etc… Vous n’aurez pas le temps d’armer vos frappes, il faudra faire court, mais efficace !

Maintenant c’est bien beau de s’entrainer au ping-pong, mais il va falloir penser à s’enfuir. Donc vous choisissez un côté et quand vous partez, ce n’est pas « tout le monde il est beau », en tournant le dos à vos agresseurs ! On reste en mode survie ! Donc frappes simultanées, et selon le côté que vous avez choisi, « petite corde à linge avant de partir », tant qu’à faire…

formation en ligne self-défense

Laisser un commentaire