Comment faire un coup de coude « vrillé » ?

formation en ligne self-défense

Dans cette vidéo, je vais vous expliquer comment faire un coup de coude « vrillé » afin d’augmenter la pénétration d’énergie et la puissance injectées dans le corps de votre agresseur.

« Bourrin » mais pas trop

Il y a, ce que j’appellerais, la version dite « bourrin » : on est tous « bourrin », il faut l’être parfois.

Aussi, dans cette version « bourrin », armer vos frappes, c’est bien, mais le problème quand vous armez chacun des coups, vous vous exposez à une éventuelle réaction de votre agresseur : il risque de « sentir le coup » venir et de ce fait, se protéger, esquiver, bloquer, ou il peut sans aucune hésitation vous frapper.

L’idée est de partir à « bonne distance » : c’est-à-dire suffisamment proche de votre agresseur pour que votre frappe passe « inaperçue », tout en ayant un air « décontracté ». Ce qu’il faut comprendre c’est qu’on se fiche éperdument du visuel !

Les grandes frappes, bien armées, bien larges, tout cela c’est du visuel, c’est pour le « show », et c’est une bonne chose de savoir travailler comme cela aussi : il faut savoir faire les deux.

L’olécrane

Cette extrémité du coude est l’épiphyse proximale du cubitus formant une saillie au niveau du coude. L’olécrane est relié au tendon tricipital.

Si vous tapez avec l’olécrane, pas besoin de grands gestes. En effet, cet os peut faire très mal. A savoir qu’il ne faut pas plier complètement le coude pour l’utiliser, auquel cas, ce sera le triceps qui va frapper.

En soit, si la frappe est bien donnée, cela peut suffire à stopper votre agresseur, sans que cela ressemble à un « spectacle » à la vue de tous.

Cette technique donne plus l’impression qu’on (re)pousse l’agresseur.

Notez bien qu’en armant, cela fonctionne aussi, mais nos muscles se contractent plus, nous sommes davantage exposés à recevoir des coups et on peut très facilement donner l’impression d’être trop violent vis-à-vis des éventuels témoins autour.

Variante

Version « bourrin » nous allons dire. Imaginez que votre agresseur se retrouve vulnérable, au sol, mais pas totalement inoffensif…

Afin que votre coup de coude soit plus « percutant », je vous conseille simplement de faire vriller votre coude légèrement. Cela semble bête, mais ce petit effet « perceuse » va prendre toute sa dimension lors de l’impact.

De cette manière, votre agresseur n’encaisse plus simplement un coup mais une onde de choc en plus : toute la différence est là !

Pour comparer, si vous infligez un coup de coude « basique », avec l’olécrane présenté vers l’extérieur, c’est votre triceps qui va taper. Votre agresseur va ressentir un choc, mais il n’aura pas forcément mal.

Si vous tapez avec l’olécrane : ne pliez pas votre coude à 90° – l’olécrane est toujours tourné vers l’extérieur – touchez votre coude, vous allez sentir que votre os se déplace – positionnez votre coude à 110° environ pour que l’olécrane soit bien tourné vers le bas, et là « ça pique » !

Notez également que l’on peut varier les coups en faisant un « olécrane vrillé » par exemple : juste en appuyant, cette vrille peut provoquer une véritable onde de choc sur votre agresseur.

formation en ligne self-défense

Laisser un commentaire